Axalta is not resposible for content you are about to view

Show Searchbox Show Navigation

Think Colour. Think Standox: Restauration de voiture de collection
 

Jusqu'à récemment, l'atelier de carrosserie de René Sahli, en Suisse, accueillait une Porsche Targa orange vif de 1969. La voiture de collection avait été apportée pour la réparation d'une petite tache de rouille, mais une peinture complète s'est avérée nécessaire. Pour repeindre la voiture, René Sahli s'est fié à l'expérience et aux produits du fabricant de peinture de réparation Standox basé à Wuppertal, en Allemagne.

« J'ai toujours aimé travailler sur des voitures de collection », Sahli dit.

Pour René Sahli, directeur de l'entreprise, la passion de la carrosserie coule dans ses veines. « J'ai toujours aimé travailler sur des voitures de collection », dit-il. « Mon père a restauré de nombreuses voitures de collection et il m'a ainsi transmis son savoir-faire. » Depuis 7 ans, René Sahli est à la tête de l'entreprise que son père a fondée en 1976, à Aesch, en Suisse. L'atelier René Sahli, qui recense 4 employés, jouit d'une excellente réputation auprès des propriétaires de voitures de collection de la région. Son savoir-faire en restauration est manifeste dès que l’on se connecte sur son site internet. La galerie de photos comprend de nombreuses voitures de collection exceptionnelles qui ont été rénovées dont un nombre important de Porsche spéciales.


La Targa a nécessité une remise en état complète

C'est grâce au bouche-à-oreille que le propriétaire de la 911E Targa de 1969 a découvert Aesch. « Il avait remarqué une tache de rouille sur la carrosserie de sa voiture et souhaitait que nous la retirions », se souvient René Sahli. L'apparition de rouille sur ces véhicules anciens n'est pas inhabituelle, car la protection anticorrosion et la galvanisation étaient assez méconnues à l'époque. Et, lorsque René Sahli a examiné la voiture de plus près, il n'a pas tardé à découvrir une quantité plus importante de rouille.

« Les seuils de porte étaient dans un état particulièrement déplorable. Une simple réparation sur ce cabriolet sport de presque un demi-siècle n'allait tout simplement pas suffire », dit-il.

Plus l'examen de la voiture avançait, plus il devenait évident que la Targa nécessitait une peinture complète. Une mission parfaite pour les spécialistes de voitures de collection chez René Sahli.


Plus de travail que prévu...

En raison de l'ampleur de la rouille, René Sahli a pris la décision radicale de retirer l'ancienne peinture dans son intégralité. Afin de mener à bien la réparation, il a retiré les pare-chocs, les ailes et les capots avant et arrière, et les a envoyés à une entreprise spécialisée à Stuttgart, en Allemagne.

C'est là-bas que chaque pièce a été immergée dans une cuve et que la rouille a été retirée dans un bain de cataphorèse. Les pièces ont ensuite été apprêtées à l'aide d'un processus cathodique.

« Ces procédés étaient le seul moyen de s'assurer que toutes les pièces et cavités de la voiture seraient bien réparées», explique René Sahli. « Ce n'est tout simplement pas possible d'obtenir ce résultat en ayant recours aux méthodes traditionnelles de décapage de peinture et de préparation par pulvérisation. Cependant, la procédure complexe a révélé que certaines des pièces ajoutées, notamment le capot avant, n'étaient tout simplement pas récupérables. Elles ont dû être remplacées par des pièces Porsche d’origine. »



La bonne teinte

René Sahli avait accès à des échantillons de couleur Porsche d’origine de cette période qu'il a pu utiliser pour la restauration du véhicule, mais il a également utilisé le spectrophotomètre Genius iQ de Standox. « Tout comme aujourd'hui, les travaux de peinture en usine n'étaient pas tous identiques. Même si le nom de la couleur est le même, il peut y avoir des différences visibles et certaines teintes ont changé au cours de la production », déclare-t-il.  

René Sahli explique un autre facteur important qu'il a dû prendre en considération. « Autrefois, il y avait du plomb dans les pigments utilisés pour les peintures de voitures. Ils assuraient une plus grande couverture mais cela signifiait plus de déviations de couleur qu'avec la peinture utilisée actuellement. La pigmentation joue également un rôle dans le métamérisme.

En plus du spectrophotomètre numérique, des échantillons originaux de Porsche ont également servi à déterminer la bonne couleur.
Le spectrophotomètre Genius iQ de Standox

 

Selon la source de lumière, le spectre de la couleur peut être réfléchit différemment en raison d'un changement de pigmentation. Cela peut donc conduire à une perception différente de la teinte.  

C'est pourquoi il est important de s'assurer que les couleurs repeintes et originales apparaissent de la même manière. Ce sont les raisons pour lesquelles j'ai utilisé le spectrophotomètre de Standox, car avec le logiciel de recherche de teinte Standowin iQ et la base de données des formules de teinte, on obtient les meilleurs résultats. »

 


 

Une couleur orange vif originale

 

 

 

A l’origine, La Targa fut peinte avec la peinture Signal Orange, une couleur chaude et rayonnante qui donne un rendu parfait sur les décapotables au soleil. 

 

 

 

Porsche a utilisé cet orange vif de la fin des années 1960 sur le modèle 911 et sur la fameuse Porsche 914.


La Porsche dans toute sa splendeur

La couleur Signal Orange était disponible chez Porsche à partir de la fin des années 1960.

 

René Sahli a pris quelques touches de la couleur originale avec le nouveau spectrophotomètre Genius iQ en exploitant ses caractéristiques modernes, à savoir la connectivité Wi-Fi. Pour reproduire la bonne teinte, il a fait appel aux techniciens du distributeur Standox pour la Suisse, André Koch AG, situé à Urdorf près de Zurich. Même pour des demandes inhabituelles comme celles-ci, Standox peut compter sur ses vastes connaissances colorimétriques acquises au fil de nombreuses années à travailler en étroite collaboration avec la majorité des constructeurs automobiles.

 

 

René Sahli a finalement mélangé la teinte Signal Orange avec les peintures 2K Standox et a terminé par une réparation sur toutes les pièces du véhicule. Après la peinture complète, la carrosserie de la Porsche a retrouvé sa splendeur d'origine.  

 

 

 

Une fois l'assemblage et la finition à base de cire terminés, le projet a finalement pris fin environ un an après le premier contrôle, juste à temps pour profiter de l'été avec le toit décapoté.

 

René Sahli et son équipe ont également pris en charge le réassemblage de la voiture. « J'ai des exigences très élevées en ce qui concerne la qualité de notre travail, alors nous préférons faire le maximum en interne », dit-il. « Ce type de travail est aussi très amusant. Ce qui est génial avec les voitures de collection, c'est que leur technologie est relativement simple comparée aux modèles actuels. »  

 

Après la restauration, la Porsche a retrouvé sa splendeur d'origine.

 

Après le réassemblage et les finitions, le projet a finalement pris fin environ un an après le premier examen.  

 

« Le client était ravi du résultat. Cependant, nous devions nous dépêcher pour qu'il puisse profiter de sa Targa pendant l'été », explique-t-il.

 

 

Standox jouit d'une réputation de longue date en termes de restauration de voitures de collection. La première marque de Wuppertal aborde les questions liées aux voitures de collection dans sa série de manuels Standothek sous le nom de Prestige and Classic Cars (Voitures prestigieuses et de collection), que vous pouvez télécharger en cliquant sur le lien www.standox.fr/standothek. Vous pouvez obtenir plus d'informations sur l'atelier de René Sahli en cliquant sur www.autolackprofis.ch.